Que penser de MTG Arena?

Au début du mois, Wizards, dans une communication très léchée est, reconnaissons le, bien maîtrisée, a dévoilé son nouveau produit digital, en ligne avec sa volonté de faire entrer Magic the Gathering dans une nouvelle ère de développement de jeu en ligne et digital. Disposant déjà de Magic Online (communément appelé MODO), la firme de HASBRO a toutefois décidé de redorer le blason de son système de jeu digital en proposant une nouvelle formule : celle de MTG Arena.

Il faut toutefois planter le décor : Magic the Gathering est sans conteste la marque qui a le plus de succès dans le TCG (trading card game). Capable de réunir des milliers de joueurs en physique lors de Grands Prix sur toute la surface du globe, force est de constater que MTG maîtrise cet exercice. Je lui vois deux autres concurrents : Yu-Gi-Oh! et Pokémon mais qui ont une cible, je le crois, totalement différente, plus jeune et peut-être un peu moins compétitive (encore que, sur ce point là, je dois avouer que je parle sans vraiment connaître). Deux outsiders se profilent également à l’horizon. Si pour le moment, rien ne semble indiquer qu’ils atteindront les mêmes niveaux de notoriété que MTG, Force of Will et Final Fantasy sont arrivés et ont réussi à beaucoup faire parler d’eux.

Mais là ou MTG a complètement raté le coche c’est bien dans le digital. Aujourd’hui, difficile d’ignorer le jeu en ligne et le digital, à l’ère des applications, des smartphones, des tablettes et du culte de l’instantanéité (très bon papier de Nicole Aubert sur le sujet, professeure émérite au département Stratégie, Hommes et Organisation du campus Paris d’ESCP Europe). Depuis des années, MTG a sa propre licence digitale : Magic Online. Mais celle-ci, malgré un profond relooking ces dernières années, reste une plateforme austère, difficile d’accès, non-mobile, au fonctionnement pas toujours clair, souvent buggée et surtout très onéreuse.

10_1_Update_Image_3.png

Rien à voir donc avec le jeu de Blizzard, Hearthstone. Immédiatement devenu la référence du TCG en ligne, Hearthstone a trouvé la recette gagnante : parties courtes, interface simplifiée, prix raisonnables, ultra-portabilité, pas de marché secondaire et mises à jours régulières. L’expérience est conçue avec le digital en tête. En plus de ça, tout est imaginé pour être streamé : des effets sonores et visuels et des animations hautes en couleurs qui rajoutent une caractère théâtral au jeu. On est très loin de l’univers très sérieux de Magic Online, quasi-élitiste dans sa conception.

Wizards voulaient donc inverser la tendance, rattraper le temps perdu et proposer lui aussi sa plateforme de jeu digital « à la Hearthstone ». Premières impressions.

XJEn519AEL

Ce que j’ai pu observer

Visuellement, on est très proche de Hearthstone. Les éléments audiovisuels du jeu sont directement inspirés de ce que Hearthstone fait déjà. On a donc devant nous une « arène 3D » qui correspond à des locations de l’univers de Magic. Pour l’occasion, durant la présentation, nous avons pu voir une arène d’Ixalan, la toute dernière expansion.

MTG_Arena_01

Si MTG Arena souhaite garder l’essence de Magic comme un jeu de cartes avant tout, l’imagerie est simplifiée, les cartes sont condensées sur la table de jeu avec une multitude de symboles pour repérer en un coup d’œil les statuts, effets, capacités spéciales des créatures. Par exemple, les créatures ayant le Vol flottent sur la table de jeu, tandis que celles ayant la Défense talismanique ont un petit halo autour d’elles pour représenter cette invulnérabilité. Les tokens sont représentés de manière différente sur la table pour les différencier des créatures jouées depuis la main.

Comme le montre la capture d’écran ci-dessus, les cartes rares et mythiques ont des animations spéciales, souvent impressionnantes pour donner au jeu un peu plus de grain et donner vie aux créatures importantes que l’on invoque. De la même façon, les Planeswalkers ont chacun des dialogues d’arrivée en jeu, d’activation de leurs capacités et de sortie de jeu, toujours dans un souci de théâtraliser l’expérience. Ils sont également représentés en full-art sur la table pour indiquer leur importance. En plus de cela, des animations de combats ont également été incorporées au jeu : les créatures attaquent les joueurs, il y a des animations de destruction de créatures, de buffs, d’enchantements etc. Pour un tout très visuel et coloré. A grand renforts, là aussi, de sons (par exemple les dinosaures qui rugissent lors d’attaques, des cris de pirates etc.).

En terme de gameplay, le développeur présent pendant la démonstration a promis une expérience entière de Magic. De ce qu’on nous avons pu comprendre, il y a deux modes de jeu : le première très intuitif guide le joueur, engage le mana pour lui, simplifie les phases d’attaques et la navigation dans le tour. Le second mode appelé « full control » laisse le joueur entièrement maître de ses actions pour qu’il exécute manuellement chaque composante de son tour. Il est possible d’alterner entre ces deux modes à n’importe quel moment.

Ce qui frappe certainement le plus pour les routard de Magic Online c’est la rapidité de MTG Arena. Là où une partie sur Magic Online dure généralement une dizaine de minutes, voire plus pour certaines, le rythme est beaucoup plus effréné sur MTG Arena pour des parties qui durent moitié moins de temps grâce aux nombreux raccourcis, simplifications des attaques, des bloqueurs etc.

Une initiative à saluer.

Comment expliquer que, malgré une organisation hors pair pour les tournois et la puissance de la marque (25 ans d’existence), que Magic n’est pas décollé dans l’e-sport? Regarder des gens jouer aux cartes sur un écran comme lors d’un GP ou lorsque qu’un joueur streame Magic Online est difficile à rendre excitant. Surtout lorsque le public n’est pas familier avec les effets des cartes. Ils n’ont alors devant leurs yeux que des joueurs qui s’échangent des cartes, font apparemment de belles actions sans que vous ne compreniez pourquoi. Hearthstone a su rapprocher les spectateurs du jeu.

Grâce à un intelligent support audiovisuel, des règles simplifiées et une table de jeu facile à comprendre en un coup d’oeil, Hearthstone est compréhensible par les quasi-néophytes comme par les plus confirmés.

Magic avait besoin de cela : d’être beaucoup plus accessible et de rendre amusant le fait de regarder des joueurs y jouer. Au delà des passionnés du jeu, personne n’a envie de regarder des parties longues de dizaines de minutes dans la plus grande monotonie. Pour un format aussi important commercialement que le Standard, proposer une plateforme ou les joueurs peuvent y jouer facilement sans collectionner beaucoup de cartes, pour un prix, je l’espère, décent, et dans un univers de gameplay qui donne envie, MTG Arena est une superbe avancée.

Faire découvrir le jeu est également plus facile avec cette plateforme. J’ai toujours eu du mal à motiver des amis à se mettre au jeu en leur présentant les cartes, les règles complexes, et l’aspect collection. Pour des joueurs n’ayant connu que Hearthstone comme jeu de cartes en ligne, le fossé est trop grand. Avec l’arrivée de MTG Arena, faire découvrir Magic sera plus facile.

Quelques critiques toutefois.

Il s’agit de remarques personnelles que probablement d’autres membres du Consortium ne partagent pas.

Malgré l’envie de Wizards de concurrencer Hearthstone, je ne peux m’empêcher de penser que MTG Arena reste encore inaboutie.

Mettons directement les pieds dans le plat : le fait que la plateforme ne propose pas de jouer en Modern est une grande déception. J’aurais adoré pouvoir jouer en Modern sur cette plateforme. Circonscrire l’expérience au Standard, laisse encore à Magic Online le droit d’exister pour le Modern et le Legacy…avec tous ses problèmes et son inaccessibilité. Trouver la bonne solution pour ne pas décevoir les joueurs déjà installés sur Magic Online et innover avec MTG Arena n’est certes pas une chose facile et je ne prétends pas avoir la solution.

Surtout, je ne comprends pas pourquoi Wizards a présenté une plateforme UNIQUEMENT pour PC. D’après le discours du développeur, la plateforme à été codée sur un software qui permettrait un portage vers d’autres systèmes (« Unity »). Mais il préfère attendre le « feedback des joueurs ». Mais comment ne pas anticiper celui-ci ? Bien sûr que j’ai envie de jouer à MTG Arena sur mon smartphone. Bien sûr que j’ai envie de de jouer à MTG Arena sur iPad, ou sur console, où tout simplement sur mon Mac. Comme Hearthsone, en fait. Malheureusement, présenter une plateforme uniquement disponible sur PC ostracise tout un segment de joueurs. J’aurais volontiers attendu quelques semaines de plus pour voir MTG Arena si cela laissait le temps à Wizards de proposer a minima une version pour Mac. Ce genre de plateforme se doit d’être portable pour apporter le jeu aux joueurs et non pas exiger des joueurs qu’ils aillent vers le jeu. J’espère donc que Wizards rectifiera le tir rapidement.

Pour finir sur la plateforme en tant que tel, je trouve, et c’est un ressenti bien personnel, que l’ensemble est un peu trop « childish« . Je comprends l’envie de capter un public comme celui de Hearthstone, habitué à une ambiance très ludique mais je n’ai pu m’empêcher d’être un peu gêné en voyant les visuels in-game très enfantins. Comparés aux artworks très travaillés de Magic ces dernières années, des thèmes abordés et du temps passé à donner vie aux personnages du jeu, l’ambiance de MTG Arena m’a finalement un peu gêné. Mais c’est très subjectif.

Sur le gameplay maintenant, ma plus grosse inquiétude est la gestion de la pile. Élément central du jeu, notamment dans les strates les plus compétitives, le gestion de la pile n’est pas apparue comme suffisamment précise dans MTG Arena. J’espère que les prochaines démonstrations du jeu nous montrerons davantage comment MTG Arena gère la pile.

Conclusion.

MTG Arena a tout l’air d’être une belle avancée pour Magic. Je suis très impatient de voir plus en détails comment la plateforme tourne et tout ce qu’il sera possible de faire.

J’ai quelques déceptions que j’ai adressé mais cela ne devrait pas m’empêcher d’apprécier l’expérience (enfin si je peux y jouer vu que je n’ai pas de PC, seulement un Mac…).

À très vite,

Thibault.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s